Deprecated: Function eregi() is deprecated in /usr/home/communicationpourlapaix.org/web/wp-blog-header.php on line 7 L'Europe a atteint des niveaux historiques de la paix dans le conflit au Moyen-Orient | Communication pour la Paix

L’Europe a atteint des niveaux historiques de la paix dans le conflit au Moyen-Orient

GlobalPays européens, avec l’Islande en tête, ont atteint des niveaux historiques de paix avec la hausse des conflits et le terrorisme au Moyen-Orient et Afrique du Nord-les régions les plus dangereuses de la planète, comme l’a révélé par le Global Peace Index (IGP) 2015.

Selon l’IGP, préparé par l’Institut d’économie et de la paix fondée par d’affaires et philanthrope australien Steve Killelea, le pays le moins pacifique dans le monde est la Syrie, qui occupe le dernier rang d’un total de 162 territoires, qui sont à la maison 99,6% de la population mondiale.

Plus tôt, sont l’Irak (161), l’Afghanistan (160) et le Soudan du Sud (159), précédé par la République centrafricaine (158), la Somalie (157), le Soudan (156), la République démocratique du Congo (155), le Pakistan (154) et la Corée du Sud (153).
En tête de liste, compilée à partir de 23 indicateurs tels que la sécurité intérieure, les conflits et la part de la militarisation comprend après l’Islande, le Danemark (2), l’Autriche (3), la Nouvelle-Zélande (4), Suisse (5) et Finlande (6), suivis par le Canada (7), le Japon (8), l’Australie (9) et la République tchèque (10).

Espagne occupe la 21, derrière le Portugal (11), l’Irlande (12) et l’Allemagne (16), tandis que le Chili est le pays le plus pacifique en Amérique latine, classé 29e, suivi ci-dessous par l’Uruguay (44) et l’Argentine (60), qui est devant la Grèce (61).

Libye, en place 149 après une chute de 13, est le pays avec des étapes plus faibles cette année, suivie par l’Ukraine, tandis que la Guinée-Bissau jusqu’à 24 points à 120.

Killelea déclaré dans une interview avec Efe:

IGP reflétant cette année est que tout le monde en général est stabilisé, les pays les plus pacifiques augmentent alors que ceux qui sont touchés par les conflits sont plus incertain, il ya un grand fossé.

Dans son avis, la clé est que les démocraties établies, comme européenne ou le Japon, “ont plus de mécanismes d’adaptation aux chocs extérieurs, qu’ils soient économiques ou les catastrophes naturelles.”

Par exemple, l’Islande, le pays le plus pacifique, a éclaté au cours de la crise du crédit de 2008 et le Japon a subi un tsunami dévastateur en 2011, mais à la fois profiter des niveaux élevés de la tranquillité.

Les facteurs qui favorisent la paix et habilitent les États pour faire face à des circonstances défavorables sont “un bon environnement d’affaires, de faibles niveaux de corruption, une bonne éducation, une presse libre, la distribution équitable des ressources et de la tolérance envers les autres” exige que l’employeur.

Ces facteurs, dit-elle, ont permis à l’Espagne de “maintenir la stabilité malgré la crise économique” et la Grèce de récupérer à partir des expressions de violence qui a surgi pendant la crise, bien que dans le cas de l’État grec, la situation est “fragile” et dépend de l’issue négociations sur le remboursement de la dette, explique le fondateur de l’IGP.

Selon leur étude, de 124 pages, l’intensité des conflits armés a fortement augmenté l’année dernière, avec plus de 180 000 décès contre 49 000 en 2010, et il y avait un 9% plus de décès par le terrorisme, à 20.000.

Le terrorisme a élargi du Moyen-Orient à partir de pays comme l’Irak et la Syrie à l’Afrique subsaharienne, avec le Nigeria (151), le pays avec le plus de victimes dans le monde.

Le massacre de 2000 civils à Baga par le groupe terroriste Boko Haram en Janvier 2015 a été l’attaque la plus meurtrière depuis 2001 dans les États-Unis; Cependant, note le rapport, “a été éclipsé par la mort de 11 journalistes du magazine Charlie Hebdo” peu de temps après.

Selon l’IPG, près de 1% de la population mondiale (50 millions) sont maintenant des réfugiés, le plus grand nombre depuis 1945, de nombreux de la Syrie mais aussi du Congo et de la Colombie, qui se classe 146e année de la la ligue de la paix mondiale.

L’impact de la violence dans l’économie mondiale, qui comprend également les meurtres dont-ils sont nombreux en Amérique latine-en 2014 était 14 300 milliards, soit 13,4% du produit intérieur brut (PIB), les notes étude.

Selon Killelea, les agences multilatérales devrait faire davantage pour promouvoir la paix, et un bon début serait “créer les facteurs qui rendent les pays plus résistant et mieux en mesure de faire face aux conséquences.”

Source: La Vanguardia